Sud-Ouest vraiment à l’ouest

Chers amis du Sud-Ouest,

Votre article couvrant la manifestation de NoPass24 du 20 novembre dernier est des plus… on va garder cet adjectif pour nous.

Factuellement, « plus de 220 manifestants ». Première allégation dès le titre, qui dénote que les faits ne sont, semble-t-il, pas votre fort. En retrouvant la vidéo de la manifestation ici-même, vous pourrez prendre 2 minutes et recompter par vous-même. Ou faire appel à un mathématicien de renom si vos compétences en interne ne le permettent pas. Les manifestants étaient plus de 300. Alors oui, on vous le concède sur ce point, « plus de 220 », quand il y a « plus de 300 », c’est factuellement vrai. Encore plus facilement quand on ne prend pas le soin de compter. La prochaine fois, pour gagner du temps, dites « plus de 2 ». Comme ça, vous serez sûrs, et vous économiserez papier et encre.

Concernant les « violences psychologiques » annoncées au micro par NoPass24, et bien que vous ne les prétendiez pas fausses, le registre que vous utilisez laisserait entendre que l’on pourrait ne pas être d’accord avec ce terme. Les Libertés étant chères à nos cœurs, nous concédons le droit de ne pas être d’accord. Cela présuppose malgré tout de ne pas tenir compte des centaines de rapports d’experts indépendants ou missionnés par le ministère de la santé qui concluent globalement à un grave traumatisme de la population et plus particulièrement chez les enfants quand il s’agit d’aborder la question de la « crise sanitaire ».

De notre côté, et au regard des nombreux témoignages en ce sens, il nous paraît plus qu’acceptable de parler de « violences psychologiques ». Ou alors, il conviendra de redéfinir au moins l’un des deux termes. Si passer en boucle des spots publicitaires, débats et autre annonces où est annoncé explicitement que les enfants sont le principal vecteur de contamination de la covid-19, qu’il faut les masquer, les confiner, les tenir hors de portée des personnes âgées ne présente aucun risque pour l’équilibre psychologique d’un enfant, présentez-nous vos experts, et nous serons ravis de les rencontrer. En effet, sans leur intervention, nous risquerions de souffrir d’une distorsion de perception de la réalité. Depuis quand accuser un enfant de provoquer la mort de ses grand-parents, juste en allant le voir, est-il traumatisant ? Aucun lien certainement avec la flambée des dépressions et tentatives de suicides chez les jeunes. Santé Publique France se sera évidemment trompé sur ce coup-là.

Vous continuez, avec votre bienveillance écrasante, par signifier que NoPass a récité « une liste de prénoms d’enfants et adolescents, avec leur âge, [et qui] seraient tous morts suite à la vaccination »… Ces jeunes avaient entre 12 et 24 ans. On ne parle plus d’ados à 24 ans… ou alors, là aussi, il serait convenable de revoir les définitions pour que votre papier colle à la réalité. « Tous morts », nous sommes désolés de faire preuve de cynisme ici. L’un des jeunes cités est juste atteint de cécité. Avez-vous seulement écouté le message, ou vous a-t-il tellement choqué qu’un processus cognitif et défensif de déni se serait mis en place chez votre journaliste couvrant l’événement ?

Pourquoi répondre si factuellement à votre papier ? Parce que vous y attaquez la véracité de nos propos. Vous semblez nous accuser de mentir ou de ne pas vérifier nos informations. Rien que vos commentaires montrent qu’il y a de votre part une forte négligence dans ce domaine. Phénomène miroir ? Vous verriez en l’autre les défauts que votre inconscient voit en vous-mêmes ? Vous vous demanderiez comment des milliers de citoyens blessés dans leurs chairs et leurs esprits pourraient trouver des informations, que vos propres moyens ne permettraient pas de dénicher ? Quoiqu’il en soit, vérifier vos sources et vos propos… à ce qui paraît, en journalisme, c’est une pratique que les anciens considéraient comme noblesse de l’art.

Et vous concluez ce paragraphe sur « ce qui est venu confirmer qu’une partie des manifestants était tout aussi antivax qu’anti-passe ». Là, nous ne pouvons qu’applaudir, bien que le sujet soit des plus graves. Après le cynisme, le sarcasme (déjà, merci, au travers de votre article, de nous offrir – c’est noël – une si belle occasion d’épancher notre amour pour la langue française). Alors, quelle partie des manifestants ? Merci de répondre à la question, nous aimerions nous connaître. Celle du haut ? Celle du bas ?

Voir que des enfants meurent après des injections… alors, on va reprendre les choses dans l’ordre :

  • pas des enfants, des jeunes dont des enfants.
  • meurent quelques heures à quelques semaines après l’injection, et non « de l’injection ». Car effectivement, pour un certain nombre d’entre eux, le lien n’est pas officiellement établi. Pour d’autres, c’est pourtant bel et bien le cas, avec rapport d’autopsie à la clé. (désolé pour cette source sur Telegram. En effet, YouTube et Facebook ayant désormais interdiction – sous peine de poursuites judiciaires – de laisser apparaître une publication qui mettrait en cause l’efficacité vaccinale et plus particulièrement ses effets secondaires, certaines sources sont rendues plus confidentielles que d’autres). Eh ouais, une info, ça se cherche, ça se vérifie, ça se croise avant de se publier. Si vous avez besoin de formation continue en journalisme, on pourra ptet vous trouvez quelqu’un…

Où est-il dit que la vaccination n’a pas lieu d’être ? Interprétation-raccourci, permettant à votre article de conclure (ou presque) sur un buzz notoire et facile. Nous jouons sur les mots ? Par le ton que nous emploierions, nous ferions la promotion d’un discours antivax ? Vous remarquez, ici, j’utilise un temps de conjugaison qu’on appelle le conditionnel. Il permet à la personne qui l’utilise de faire part d’une « supposition à priori sous réserve de contrôle ultérieur ». Et vous n’êtes pas venu voir NoPass24 pour faire un contrôle, qu’il fût à priori, ou a posteriori. Là, c’est vous qui l’avez dans le fût 🙂 C’est gratuit, c’est pour nous, c’est cadeau, c’est noël !

NoPass24 lutte contre l’obligation vaccinale. Pas contre la vaccination, ni contre les vaccinations. Encore moins contre les vaccinés, se serait ptet même l’inverse… NoPass24 lutte contre le Pass Sanitaire, notamment pour sa fonction « d’obligation vaccinale déguisée ». NoPass24 lutte plus globalement pour les Libertés (plus particulièrement les libertés fondamentales inscrites dans la constitution et la DDHC – pas besoin de dire ce que c’est quand même la DDHC ? Maintenant, on se méfie…).

NoPass24, au travers de cette manifestation grave, a souhaité se faire le porte-voix des centaines de parents qui ont perdu un enfant (ah oui, dans ce contexte, le mot enfant peut concerner des plus de 18 ans…. ah là là, c’te langue française quand même !), ou dont l’enfant subit des conséquences graves attribuées à la vaccination.

Affirmation gratuite ? Cartouche gratuite alors. C’est parti, nous vous invitons à préparer vos excuses auprès des centaines, si ce n’est milliers de personnes concernées par votre déni, absurde, de réalités basiques.

Ici, se trouve le lien vers un « testeur » mis au point par la CRESS-UMR, pour calculer votre bénéfice-risque lié à la vaccination. Vous y comprendrez très facilement pourquoi certains vaccins sont interdits aux enfants. Merde alors… les laboratoires seraient-ils anti-vax ?! Nom d’un pti-bonhomme, mais qu’est-ce qui se passe-t-il ?! Ah ben oui, c’est logique… quand un vaccin tue plus d’enfants qu’il n’en sauve, on l’interdit. Dernier en lice : Pfizer. C’est le grand vainqueur. Celui qui tue le moins d’enfants selon la plupart des sources… ou les rend le moins infirmes.

Seuls quelques cas (une demi-douzaine) sur 10 000 injectés. A peine 5 à 10 fois plus que ce que le covid-canal-historique-et-descendants-associés arrivent à obtenir. Mais 5 à 10 fois plus, c’est ptet suffisant pour se dire que c’est un peu con de faire prendre plus de risques à quelqu’un. Parce que faut quand même se dire un truc amis du Sud à l’Ouest :

  1. Le bénéfice-risque pour les enfants est mis en cause par de nombreuses instances de santé. Seul à tenir encore vaguement la barre d’une main de plus en plus fébrile : Pfizer. Pourquoi de plus en plus fébrile ? Tout simplement parce que en quelques mois, les dégâts remettent déjà le bienfait en cause. Et, normalement, c’est en années que ces études devraient être menées. Le pire est peut-être à venir, ou pas. Nous souhaitons la deuxième option.
  2. Parce que derrière ces « stats globalisées », se cachent les profils de patients (immunité naturelle, terrain génétique, comorbidités, comportements sanitaires, prise en charge, etc…). Les comorbidités démultipliant les risques de faire une forme grave, voire létale, nulle besoin d’être un grand génie des maths-stats ou sciences médicales pour comprendre que ne pas avoir de comorbidités réduit le risque. Et, par conséquence, le bénéfice-risque.
  3. Parce que faut lire les publications scientifiques les amis du Sud à l’Ouest. Comment pouvez-vous laisser entendre que nos sources sont fausses quand vous ne nous les avez pas demandées. Quand les données publiques disent que des enfants meurent de la vaccination. C’est grave ce que vous dites-là. Moralement pour le moins.

Allez, on va finir cette énième relecture de vos propos… Qualifier notre « initiative » d’indécente. Sérieux ? Tu t’es vu ?!

Nier l’existence de décès ou commémorer la mémoire d’enfants disparus sur l’autel du Pass Sanitaire, elle est où l’indécence ?

Pardon, on se reprend, la colère est mauvaise conseillère.

« Cette fraction de la population et le reste de la population resteront irréconciliables ». Si vous voulez opposer les personnes, nous vous suggérons des jeux plus constructifs. Nous ne lâcherons rien, c’est un fait. Les Mamans Louves ne lâcheront rien, c’est un fait. Les centaines de collectifs partout en France ne lâcheront rien, c’est un fait. 30 % de la population, une belle fraction quand même. Une fraction dont le nombre monte chaque jour d’ailleurs, au fil des histoires vécues. Plus de 300 manifestants, mais des nouveaux chaque semaine. Alors, irréconciliables, ça veut dire quoi ? Que les rangs des « complotistes-antivax » vont gonfler avec le temps. Ah oui, nous utilisons ce que nous croyons avoir compris de votre dictionnaire. « Complotiste-antivax », c’est bien les termes que vous utilisez pour parler des « personnes, qui, en observant leur environnement, en viennent à se poser des questions, chercher des réponses, sourcer leurs informations, les croiser, les vérifier avant de les communiquer » ?

Nous, on appelait ça un journaliste…

Source : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/sites/default/files/2021-10/ER1210.pdf

4 Commentaires

  1. Bonjour

    Que dire ! Bravo pour cette réponse très bien développée qui met en évidence la pauvreté intellectuelle de ces journalistes ! Loin de nous anéantir, les frondes menées contre les 30 % de complotistes-nopass ne feront que renforcer notre détermination à ne pas nous laisser enfermer dans un dogmatisme politico-sanitaire-financier au détriment d’une population qui est dans son droit le plus fondamental et surtout de protéger les enfants , adolescents , jeunes adultes.
    Merci. A samedi.

  2. Oui ! Bravo ! Quelle verve ! Honte à ces journalistes de Sud-Ouest incapables d’un tel plaidoyer, qui se contente d’un petit article à quatre sous, sans recherche, sans droit de parole pour les personnes citées. Oui, c’est bien pauvre tout ça ! Merci à vous NoPass et … à samedi en couleurs !

  3. Quel article !
    Aussi judicieux dans le propos qu’agréable à lire. Cela montre bien tout de même que Sud-Ouest voit le mouvement comme marginal et de peu d’importance, un beau déni du réel. On se demande qui est vraiment « irréconciliable » ?
    Bravo et à samedi !

  4. Bonsoir,
    L’action de nopass24 est remarquable. A ce titre elle dérange les intérêts des manipulateurs actuels , raison pour laquelle les médias rémunérés par ces manipulateurs via nos impôts sont contraints d’insister dans le sens de leurs maîtres financiers , sauf à disparaître définitivement . Bien évidemment personne n’est leurré quant à la finalité du pass aujourd’hui à tord sanitaire et demain autre. Il est impressionnant de constater jusqu’où une maladie bénigne comme tant d’autres , non soignée surtout et fortement amplifiée mediatiquement réussi à convaincre tous les peuples et a les terroriser pour les laminer à l’état d’executants des volontés de personnes repoussantes d’inhmanité .

2 Rétroliens / Pings

  1. Sud-Ouest ridicule une fois de plus – NoPass24
  2. Sud-Ouest toujours plus à l’Ouest – NoPass24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*