Sud-Ouest toujours plus à l’Ouest

Quand l’angle prévaut sur le fond, débunkage d’un article azimuté plein Ouest…

Cher amis du Sud à l’Ouest,

Nous ne pensions pas devoir à nouveau (c’est la troisième fois tout de même en un mois) vous faire une réponse de ce type. Mais il faut bien reconnaître que la créativité de vos rédacteurs est une invitation régulière à vous transmettre une correspondance d’amitiés. En effet, en produisant un nouvel article complètement azimuté (à l’Ouest, cela va de soi), vous partez tellement loin qu’il convient de se demander si vos journalistes ne sont pas, en fait, des correspondants loin du terrain, voire partis depuis bien longtemps outre Atlantique, tellement ils sont à l’Ouest.

Pour paraphraser un célèbre personnage de film d’animation « Vers l’Ouest, et au-delàààà ! ». Oui, votre journaliste Jonathan Guérin arrive à franchir de nouvelles frontières dans… (suspens !)… :

Votre article Périgueux : les dérapages des anti-passe sanitaire, en date du samedi 11 décembre 2021. Il mérite bien un nouveau débunkage.

Revenons aux bases du journalisme pour nos lecteurs respectifs si vous le voulez bien (ou pas d’ailleurs).

Rédiger un article, c’est couvrir un événement, un fait, et le traiter selon un « angle » (comprendre un point de vue) un peu ciblé. Cet angle permet d’apporter un éclairage sur le sujet abordé et doit permettre aux lecteurs de se construire un avis, une opinion ou une réflexion sur le sujet traité.

Votre entrée en matière, « les dérapages », annonce clairement la couleur : un monochrome d’une partialité totale, où les données avancées, de surcroît, se préfèrent une nouvelle fois au service de l’angle plutôt que du fond. Et l’on va voir que votre rédacteur Jonathan Guérin, à défaut de faire du journalisme, peut se recycler dans l’art abstrait.

Notre angle ici, sera le débunkage de votre article (l’angle), teinté d’une once de moralisation (le ton) à l’égard de votre « travail », ni fait, ni à faire, une nouvelle fois. On ne peut pas vous retirer une vertu : l’opiniâtreté…

Tout d’abord, revenons au factuel, et cela commence avant même d’écrire quoi que ce soit : vous titrez la photo d’illustration « Pour le 21ème samedi consécutif… ». Bon, il s’agit du 22ème samedi consécutif. Oui, nous l’avions constaté déjà précédemment, vous êtes fâchés avec les chiffres. Surtout quand ils sont plus grands que ce que l’on peut compter sur les doigts de la main. Alors oui, c’est compliqué de compter, mais jusqu’à 22, c’est jouable non ? Il eût cependant suffit de relire votre article couvrant la manifestation de la semaine précédente pour retrouver la précieuse information : il s’agissait de la 21ème. Du coup, il suffisait d’ajouter 1, et vous seriez tombés sur 22… Oui, c’est vrai, il faut rechercher l’info, et même faire une addition… c’est compliqué. Manifestement (vous voyez le jeu de mot ?), trop compliqué. Mais passons sur la forme, après tout, les chiffres, on peut leur faire dire n’importe quoi sans qu’il soit besoin d’en douter (vous l’avez l’allusion là ?).

Seconde affirmation dans votre article : « Un homme a propagé de fausses informations et fait un parallèle avec le régime nazi. Parmi les manifestants, personne n’a réagi ». Et vous citez plus loin : « C’est un virus qui n’existe pas […]. On emploie des méthodes de 1933-1945 pour nous brimer ». Cette fois, les chiffres (ou plutôt les dates) vous ont parlé (en progrès !). Il est en effet très possible que l’intervention de cette personne fasse référence à une terrible période de l’histoire, où une nation fît le choix de réduire les droits fondamentaux d’une partie de sa population au nom de l’intérêt général – des autres. Toute ressemblance avec des événements se produisant aujourd’hui est bien évidemment fortuite (on va préciser qu’il s’agit bien là d’ironie quand même). Devons-nous reconnaître au régime nazi que le critère établi alors (religion/origine ethnique) n’était pas une information techniquement confidentielle ? Contrairement au secret médical et statut vaccinal des citoyens d’une démocratie du XXIème siècle, francophone, à laquelle nous accordons encore un attachement fort, cause notamment de notre mobilisation ? Alors oui, la période 1933-1945 évoque aussi l’holocauste, et la référence à la disparition des Libertés fondamentales a une limite : celle de la solution finale. Laquelle n’a pas commencé en 1933… Dès lors, la référence de « cet homme », est bien celle de la ségrégation réduisant les Libertés individuelles. Sinon, la période de référence eût été différente.

Alors, interpréter la période 1933-1945 dans un format élargi de « régime nazi » sert bien votre angle : il faut qu’il y ait dérapage. En revanche, vous le créez de toute pièce (comme quoi, quand vous le voulez, il peut y avoir une certaine forme de talent…). NoPass24 revendique depuis le départ la défense des Libertés fondamentales et dénonce, toujours depuis le départ, l’existence du Pass Sanitaire et de l’Obligation Vaccinale (déguisée ou non), en tant que mesures discriminantes créant une société à 2 vitesses où une partie des citoyens deviennent des « sous-citoyens » en terme de droits. Si cela ne vous évoque ni apartheid, ni discrimination, pensez à ouvrir un livre d’histoire, de sociologie…. ou même un tuto de vulgarisation sur internet…

Et vous enchaînez, (vous enchaînez les propos certes, mais surtout votre pensée. Vous vous enchaînez à cet angle, « les dérapages », et faites preuve d’une aptitude à la contorsion – ou la bêtise – digne d’admiration, pour servir cet angle au mépris le plus complet du fond… là aussi, il y a ironie) les assertions fallacieuses, tronquées, azimutées…

Vous enchaînez avec les chiffres donc… mais on vous a dit de compter, et d’apprendre à compter ! Et tout le monde peut y arriver, ce n’est pas aussi difficile qu’il y paraît. Alors oui, apprendre une nouvelle compétence peut faire peur, mais beaucoup de gens arrivent à apprendre à compter. Persévérez ! Vous y arriverez. Non, les manifestations ne connaissent pas « une chute constante de la mobilisation depuis août (avec un pic à plus de 1 000 manifestants), le cortège s’est stabilisé autour de moins de 200 personnes [ce samedi 11 décembre 2021] ». On vous redonne le lien vers les vidéos des manifs. Recomptez s’il vous plaît : Près de 300 manifestants, avec un pic à 315 devant le carrousel.

Et si oui, il y a bien eu un pic de fréquentation au mois d’août, avec environ 2000 manifestants (et non « plus de 1000 »), la fréquentation s’est stabilisée depuis la 11ème manifestation (mi-septembre), oscillant entre 250 et 400 personnes d’une semaine sur l’autre.

Oui aussi, une « baisse de mobilisation » pourrait venir étayer votre angle, comme cause ou conséquence de prétendus dérapages. Mais c’est juste faux. Inventant de toute pièce une information pour servir un propos mensonger, c’est contraire à la déontologie du journaliste. Relisez la Charte de Munich, publiée par le Syndicat National du Journalisme entre autres sources… Votre rédacteur Jonathan Guérin s’expose à un retrait de sa carte de presse… ce serait dommage… ou pas. Qu’il aille cueillir des fraises ; même pas besoin de déménager !

Allez, on continue de lire votre fabuleux (sémantique : fable… pas utile de préciser plus loin ?) voyage vers l’Ouest et au-delà, pour découvrir de nouvelles contrées où toutes les lois de la physique connues à ce jour deviennent inutiles. Oui, votre article tient de la science-fiction (envisagez peut-être une reconversion dans le cinéma pour Jonathan Guérin, le buzz l’éclair de l’information ? ).

Vous mentionnez l’étude de la « drees datant de juillet » pour appuyer le fait que « 78% des personnes décédant du covid sont des non vaccinés ». Enfin une source extérieure que vous consultez pour étayer votre propos ! On va y arriver, vous verrez, être journaliste, c’est passionnant ! Si vous pouvez apprendre à sourcer, vous pourrez apprendre à compter ! Ayez confiance en vous, c’est un début, mais….

Pourquoi prendre une étude du mois de Juillet ? La Drees, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, n’a-t-elle rien publié depuis juillet 2021 ? Ah, mais si… Il suffit d’aller sur leur site pour le voir. Du coup, votre journaliste prend comme référence non pas l’étude de la drees, mais le rapport de conclusion établi avec le ministère des solidarités et de la santé. Bien tenté, mais bien dommage. Pas de bol. Voici quelques liens de débunk de ce rapport, établis ou relayés par un certain nombre de vos confrères nationaux et internationaux : France Soir, MediaPart, Libération, ou encore Sciences et Avenir, qui tous étayent leur analyse pour arriver à la conclusion : plus de 50% des personnes hospitalisées pour Covid sont des personnes doublement vaccinées. Et pour ces personnes, l’influence de la vaccination ne semble pas avoir d’effet remarquable sur le risque létal. Par voie de conséquence… plus de 50% de décès suite à covid sont des personnes vaccinées. Alors oui, encore des chiffres… Nous avons bien compris que c’est compliqué pour vous…

Vous avez déjà fait un premier pas : chercher une source. C’est bien, mais insuffisant. Il convient de disposer de plusieurs sources, de les croiser, et les vérifier par vous-mêmes. C’est du travail, ça prend du temps, et en publiant votre article à 15h09 le samedi, soit 2h après la fin de la manifestation, on peut comprendre que votre article soit une nouvelle collection d’aberrations au service de l’angle choisi plutôt qu’au service de l’information. Avez-vous, durant la semaine, fouillé le sujet ? A priori non. Vous pouvez mieux faire avec un petit effort : travailler. Préparer votre sujet en amont plutôt que de vomir des inepties à l’arrache.

Et vous poursuivez ! Décidément, la témérité est la star des bêtisiers télé et internet… et là, ça devient carrément drôle, morbide, cynique et indécent. Vous citez le texte d’une pancarte (pour illustrer un nouveau dérapage) : « Les enfants peuvent mourir de l’injection, pas du Covid ».

Point 1 : une pancarte peut prendre des raccourcis dans ses formulations, parce qu’il n’y a physiquement pas la place pour tout dire.

Point 2 : « 1 » pancarte, sur des dizaines. Pourquoi choisir celle-là plutôt que tant d’autres, si ce n’est pour essayer de légitimer votre angle, toujours aussi fallacieux, voire diffamant.

Point 3 : Sur le fond : reprenez ce travail de la cress-umr. C’est un simulateur de bénéfices-risques relayé par l’état. « Sur 10000 enfants (moins de 20 ans, et le risque descend de façon presque exponentielle avec l’âge) malades du covid, 0 décèderont ». Avec la vaccination, « entre 2 et 5 auront des effets secondaires graves ». Effets pouvant entraîner la mort. Travail qui s’appuie sur les données d’efficacité vaccinal de l’ordre de 90%, que Pfizer lui-même ne cautionne pas (ils donnent une efficacité de l’ordre de 40%). Regardez l’article « Allocution du ministre de la santé : le vrai du faux » du second numéro de l’Heureux-Nifleur24 pour comprendre et surtout vérifier. Nous l’avions d’ailleurs déposé dans votre boîte aux lettres le jour de sa sortie ! Auriez-vous oublié de lire les publications issues de NoPass24 avant de faire un article sur… NoPass24 ?! Eh oui, avant d’écrire, il faut lire… Vraiment trop dur ce métier de journaliste. Compter, écrire, lire… oulala… que c’est exigeant !

L’association Verity France recense nombre de décès ou effets secondaires, tous âges confondus, survenus après une injection. Si le lien entre vaccination des enfants et leur mortalité est toujours à l’étude, c’est normal. C’est le processus normal de pharmacovigilance. Il prend quelques années. Ces études prennent du temps. Tant que le processus n’est pas finalisé, il est non convenable d’attribuer le décès à la vaccination. Et les nombreux rapports d’autopsie dont cette association dispose (non rendus publics pour conserver le secret médical et d’instruction) confortent la présence d’un risque réel. Besoin de témoignages ? En voici un parmi des milliers juste ici…. Principe de précaution à rétablir ?

On vous lance un petit défi ? Trouvez un comptage sourcé des enfants décédés du covid (on parle essentiellement de 2 tranches d’âges : les 12-17 ans, soumis au pass, et les 5-11 ans, prochainement éligibles à la vaccination). Allez, on vous facilite la tâche : les données (à jour) de la société française de pédiatrie. Allez, comparez les données et calculez le bénéfice risque… (quoi, encore des chiffres ? Si besoin, on peut vous aider….). Fouillez ensuite sur les témoignages et remontées en pharmacovigilance et voyez s’il est encore possible d’affirmer de façon péremptoire : « Scientifiquement infondé »… ah, pardon, force est de constater que vous venez de retirer cette info de votre article ! Bravo, mais vous auriez pu avoir l’honnêteté de faire un erratum.

Et voilà que votre article au Ponant du système solaire est fini.

Anglé avec un parti pris implacable : vous fîtes le choix de prouver que « les manifestants dérapent ». Pour étayer votre allégation, vous publiâtes des informations fausses (les comptages), interprétées (référence au nazisme), sélectionnées pour servir le propos (étude de la DREES, un extrait d’une prise de parole de quelques secondes sur plusieurs dizaines de minutes, 1 pancarte parmi des dizaines…).

Vous pûtes parler des messages forts portés par les manifestants : l’inquiétude pour la santé des enfants face au renforcement du pass sanitaire, des protocoles sanitaires à l’école, de l’ouverture vaccinale. Reprenez l’allocution de M. Delfraissy, qui remet explicitement en cause tous ces éléments… Source intéressante qui ne nous vaudra pas, nous l’espérons, d’être à nouveau taxés de complotisme. Il tient enfin le discours (ou presque), que nous portons depuis des mois.

Vous pûtes parler des messages de solidarité, de bienveillance, de joie, les chaînes humaines, les danses de la vie, de chants d’amour pour la diversité, que les manifestants ont entonnés durant cette manif…

Vous pûtes étudier (oups, c’est en anglais), cette publication du LANCET, journal scientifique, médical à comité de relecture… ou l’étude israélienne spécifiquement dédiée aux 12-17 ans, publiée par Medrxiv, autre média médical…. ou encore, plus trivial, cette vidéo de vulgarisation

Pourquoi parler au passé simple ? Parce que ce temps de conjugaison est le reflet symbolique des caractères « dé-passé » par le sujet et « simpliste » de votre journaliste Jonathan Guérin.

Alors, pourquoi vouloir faire le buzz de la sorte ? Allez, et si on prenait le temps de prendre un verre, pour parler du fond de nos actions, nos forces…

4 Commentaires

  1. FABULEUSE réponse. Merci cela m’a fait bcp de bien de lire enfin de vraies infos traitées avec panache car là vous dépassez de loin le journaliste d’articles basiques et insipides. C’est bon et ça fait du bien. Vive le journalisme indépendant. Finalement on devrait directement vous donner votre carte de presse. Qd tout cela sera fini, qu’adviendra t-il de ces journaux locaux ? Revivront ils leur sort d’après d’après-guerre ?

  2. Très bonne réponse surtout à la fin en utilisant le passé simple qui reflète bien la situation toujours à l’ouest.

1 Rétrolien / Ping

  1. Une marche blanche dédiée aux enfants – NoPass24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*