Piqure de rappel… N’oublions pas !

Mensonges, perversité, manipulation, menaces, propagande, chantage, violence psychologique, incohérences, fake news… N’oublions pas !

Par cette rétrospective des interventions gouvernementales compilée par NoPass24, le dispositif d’annonces mis en place via les médias audiovisuels semble suivre une certaine progression : d’abord insuffler la notion, le concept, la possibilité ou encore l’éventualité à laquelle il convient de préparer l’opinion publique puis, par l’emploi de la négative dans les communications, nier le recours à ces outils ou méthodes, quelques semaines avant une nouvelle loi d’obligation.

Au travers de ce montage vidéo, il apparaît nettement que, depuis l’hiver 2020 et jusqu’à la dernière allocution d’Olivier Véran, la parole de nos représentants évolue, se précise, se densifie voire diffère progressivement afin de ne pas heurter les consciences populaires par des formulations ni trop abruptes, ni trop explicites.

Ainsi, en janvier 2020, Agnès Buzyn minimisait le risque d’importation de cas depuis Huwan en le « qualifiant de pratiquement nul » avec « des risques de propagation faibles ».

Concernant les masques, les directives initiales du gouvernement allaient à l’encontre des prérogatives actuelles. Jérôme Salomon insistait sur le fait que « si nous ne sommes pas malades, il ne faut pas porter de masque parce qu’on n’est pas soignants » alors que Sibeth N’Diaye argumentait à la contreproductivité du port du masque par la population du fait d’une mauvaise utilisation et de gestes « techniques » inadaptés. Olivier Véran asséna le 25 février 2020 « porter un masque est inutile », repris à l’Assemblée Nationale le 1er avril 2020 avec la lecture des conclusions de la publication de Nike Rayan (OMS) : « il n’ y a pas de preuve du fait que le port du masque dans la population générale soit bénéfique, ce serait même plutôt le contraire » affirme alors Edouard Philippe.
Nous nous souvenons des critiques lors de cette période concernant la position du gouvernement face à la pénurie de masques même si Laurent Nuñez le 20 mars 2020 répondait à Laurent Delahousse « non je ne reconnais pas qu’il en manque [des masques] ».

Dans un autre registre, Olivier Véran le 4 avril 2020 a ordonné qu’il fallait être capable d’avoir d’autres moyens de protection de la population lorsque le confinement sera levé, et ce « avec une sensibilisation complète de la population. » Bien que le ministre de la santé explique que pour lui « ça fait sens », le message reste nébuleux jusqu’à ce que d’autres représentants s’expriment progressivement sur cette question.

En premier lieu, Olivier Véran relate que « la Corée fait ce qu’on appelle du tracking » ; Puis Christophe Castaner insuffle que « le tracking fait partie des solutions qui ont été retenues par un certain nombre de pays et que nous [le gouvernement] avons fait le choix de travailler en lien avec eux pour regarder ces solutions ». De son côté, Cédric O rassure sur le fait que «ce sont des données anonymisées qui sont effacées au bout d’un certain temps » et que l’application proposée requiert une installation volontaire promettant que « personne ne pourra retracer qui a été infecté ni qui a infecté »…

Quelques jours plus tard, éprouvant la méthode des plusieurs temps, plusieurs seuils d’annonce permettant aux Français de se familiariser puis d’apprivoiser une idée, Olivier Véran, devant l’Assemblée Nationale, soulève que « la Corée a équipé tous les téléphones et les données personnelles de ce qui était nécessaire pour prévenir tout l‘entourage de ceux qui étaient malades. » Dans le même temps, il questionnait « Est-ce que vous êtes prêts à suivre la Corée jusqu’au bout de sa démarche ? Je n’en suis pas convaincu »… l’application TousAntiCovid sera proposée au téléchargement le 22 octobre 2020 malgré la garantie de Christophe Castaner quelques semaines auparavant : un groupe d’experts est dédié au diagnostic de tout ce qui se fait dans les pays étrangers mais « ces méthodes, ça ne fait pas la culture française et je fais confiance aux Français pour que nous n’ayons pas besoin de mettre en place ces systèmes qui au fond atteignent la liberté individuelle de chacun pour être efficace, donc ce n’est pas un sujet sur lequel nous travaillons » assurait-il alors.

Le pass sanitaire est pourtant instauré le 30 août, 2021 certes après l’édition d’une nouvelle loi, celle du 9 août 2021 puisque selon Castaner « ces dispositifs en France n’existent pas car ils ne seraient pas légalement permis. Ils pourraient peut-être, sur le fondement d’un engagement volontaire, utiliser ces méthodes pour mieux tracer la circulation du virus. Nous ne travaillons pas aujourd’hui sur des instruments qui rendraient obligatoire le tracking » avait-il seulement concédé. Désormais, non seulement le virus mais également les individus sont tracés par les données numériques relevant du secret médical diffusées pour tracer les cas contacts et pour accéder aux lieux soumis au QR code (culture, soins, restauration, etc.). Pourtant pourtant souvenons nous, les porte-parole de LREM avaient sentencieusement posé une « ligne rouge » et promis que « le passe sanitaire ne pourra jamais concerner les activités de la vie quotidienne » égrenant les exemples : commerce alimentaire, restaurant, cinéma, théâtre, boire un café en terrasse, etc. Et Cedric O de confirmer « ce n’est pas un pass qui va bloquer ou ouvrir votre vie quotidienne » puisque, convergence thématique oblige, Clément Beaune communique dans le même temps qu’« on n’a pas envie qu’il y ait une société à deux vitesses, on n’utilisera pas le pass pour cela »…

La mécanique est logique et progressive. Après le port du masque (finalement répandu), le tracking (finalement démocratisé), le pass (finalement imposé), Emmanuel Macron se lance  : « je ne rendrai pas la vaccination obligatoire » : Faux. « J’ai toujours tenu un langage de vérité » : Faux.

Alors qu’Olivier Véran le 26 août 2021 rassurait sur le fait qu’« il n’y aura pas d’impact de la 3ème dose sur le pass sanitaire. Que vous alliez prendre votre rappel ou non, vous garderez le bénéfice du pass sanitaire », son allocution du 25 novembre 2021 est très claire concernant les nouvelles règles appliquées aux +65 ans : le pass sanitaire sera non actif si le délai entre la 2ème et la 3ème dose est supérieur à 7 mois, et ce à partir du 15 décembre 2021. Le sort des plus âgé est scellé, nous ne voulons que leur bien et, par extension, nous avons été préparés à ce que toute la population, +18ans, subisse la même obligation vaccinale déguisée puisqu’à partir du 15 janvier 2022, chacun.e devra présenter son pass pour accéder aux soins, à la culture, à la convivialité des bars & restaurants ou des animations des marchés de Noël, etc. : alors test PCR de moins de 24h à ses frais ou injection ? Avons-nous toujours le choix ?

Avec cette observation et cette analyse des mécanismes de communication lors des annonces des stratégies gouvernementales en cette crise sanitaire, plusieurs points de l’allocution du 25 novembre 2021 du ministre de la santé méritent d’être mis en lumière.

Lorsque Olivier Véran demande « comment une vague est-elle possible alors que 90 % d’entre nous 12 ans et + est vacciné, ce qui signifierait que le vaccin est moins efficace que prévu ? », devons-nous nous attendre à une telle conclusion avouée par le gouvernement dans les semaines à venir ?

Lorsque Olivier Véran nous enseigne que la diminution de l’efficacité d’un vaccin avec le temps est un phénomène classique puisqu’il apprend aux corps à fabriquer des anticorps mais que, « dans le cadre des vaccins contre le covid », la mémoire s’amenuise au bout de quelques mois et qu’il faut renouveler ce rappel « pour réactiver la mémoire immunitaire » et « avoir une démultiplication de l’efficacité de l’immunité dès les premières heures », devons-nous nous attendre à renouveler à vie ces injections-rappels ?

Lorsque Olivier Véran annonce en avant-première que la vaccination des 5-11 ans est approuvée par l’Agence Européenne du Médicament, que le Conseil Consultatif National d’Éthique est saisi, que l’HAS va décrypter les données en toute transparence et que « si la vaccination était décidée, elle ne commencerait pas avant le début de l’année 2022 » parce qu’elle « nécessite des dilutions », devons-nous en conclure que nos pitchounes seront injectés en préventif dès la maternelle pour traiter un virus qui les atteint pour ainsi dire pas ?

Lorsque Olivier Véran, enfin, nous rappelle que l’aération pour laver les particules dans l’air, « c’est vivifiant » et que les capteurs de CO2 sont « utiles », devons-nous envisager qu’ils deviennent un jour prochain obligatoires ?

Une impression de vertige s’empare de l’auditeur au visionnage de cette conférence de 15 minutes. Les phrases de plus en plus longues, sont prononcées avec une élocution rapide ne laissant pas la place au raisonnement. Les exemples multiples sont savamment synthétisés sur un graphique présenté au moment où le seuil d’attention du spectateur s’affaissent gravement et permet une mémorisation et/ou une adhésion des solutions proposées sans même avoir eu le temps de s’interroger.

Il semble qu’une gestion sanitaire aussi démocratique que pédagogique implique de laisser le temps d’être informé, de débattre, de questionner sans asséner de conclusions péremptoires pourtant antagonistes aux dispositions constitutionnelles. Pourquoi cette course effrénée à la vaccination de masse puisque, comme le souligne Olivier Véran, nous avons plusieurs outils pour combattre cette 5ème vague : la vaccination, le pass sanitaire, les traitements antiviraux oraux.

Mais lorsque Olivier Véran espère une efficacité de tous ces outils « par l’ensemble de la population sans davantage de mesure de contrainte » à appliquer, devons-nous craindre un re-re-re-confinement ?

3 Commentaires

  1. Là pour le coup, tout est dans la boite! Quelle manipulation!!! super intéressant pour nos enfants afin qu’ils se souviennent eux- aussi. Merci pour votre utilité et votre efficacité.

  2. Bravo ! très beau travail. Il est très important de garder la trace des injonctions contradictoires que nous subissons depuis 2 ans. C’est à la fois comique et effarant ! le plus incroyable c’est que certains avalent cette couleuvre imperturbablement.

  3. Ça fait froid dans l’dos !
    Honte à tous ces gens, ces hommes et ces femmes politiques, sans sens de l’honneur, qui affirment tout et son contraire et n’ont aucune peine à retourner leur veste.
    Quand on ne sait pas, on n’affirme pas et on ne promet pas si c’est pour trahir sa parole ensuite ✌️

1 Rétrolien / Ping

  1. Piqure de rappel – Épisode 2 – NoPass24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*