On parle enfin des effets indésirables (sauf en France)

La justice américaine a obligé la FDA (Agence américaine des médicaments) à dévoiler un rapport du géant pharmaceutique Pfizer jusqu’ici voulu confidentiel. La liste des effets indésirables observés passe d’une vingtaine à plus d’une centaine. La vérité finira par s’imposer un jour ou l’autre et ce jour se rapproche à grands pas. Ceux qui auront participé au camouflage des effets indésirables graves de la vaccination anti Covid-19 vont devoir le payer d’une manière ou d’une autre car il est question ici de milliers de vies humaines brisées.

Après le scandale du Pfizergate en novembre, passé sous silence ou minimisé par les médias gouvernementaux, un nouveau rapport est dévoilé. Il contient des informations sur les effets indésirables répertoriés par Pfizer après seulement un peu plus de deux mois de campagne vaccinale (en effet, les données couvrent une période allant seulement jusqu’au 28/02/2021).

Selon le document déclassifié grâce à l’intervention d’une cour de justice américaine, il s’avère que la liste des effets secondaires serait bien plus longue et alarmante. Les nombreux témoignages de vaccinés (ou de leurs familles lorsqu’ils sont décédés), plus ou moins gravement atteints dans leur santé depuis leurs injections, laissaient déjà craindre le pire. Diffusés via les réseaux sociaux, seuls refuges possibles pour les voix « covi-discordantes », ou dans des documentaires indépendants, ils commencent lentement à émerger dans certains rares médias mainstream comme sur la chaîne CNews.

Jusqu’ici, les médecins avaient reçu une liste retenant 21 effets indésirables. Tous ces effets sont mineurs et ne nécessitent pas ou peu de traitement autre que le repos, à l’exception des réactions allergiques graves, de la myocardite et de la péricardite (inflammation du cœur). En conséquence, la plupart des milliers de personnes ayant signalé des effets indésirables après la vaccination ont été renvoyés chez eux avec pour seul conseil de prendre une aspirine et de se reposer. Certains se sont vu répondre que leurs troubles pouvaient être des événements médicaux sans rapport avec le vaccin, qu’ils étaient psychosomatiques ou qu’ils étaient dus à leur anxiété.

Très peu de décès ont pour le moment été officiellement reliés à la « vaccination », car les symptômes et causes ne figuraient pas dans la liste initiale fournie par Pfizer. D’autres décès sont encore « en cours d’investigation ». Mais avec le nouveau document, la liste des décès imputables à l’injection pourrait s’allonger drastiquement. Les rapports décrivent des symptômes tels que douleurs thoraciques, brouillard cérébral, fatigue extrême, symptômes neurologiques, tachycardie, accidents vasculaires cérébraux, crises cardiaques, et bien d’autres encore.

Bon nombre des plus de 100 nouveaux types d’effets indésirables répertoriés par Pfizer dans ce document de 38 pages présentent des risques à long terme pour la santé. Jusqu’à très récemment, le document n’était pas divulgué par Pfizer qui soutenait qu’il devait rester confidentiel. Il est fort possible qu’un très grand nombre de personnes subissent des dommages à long terme parmi les catégories suivantes :

  • insuffisance rénale
  • accident vasculaire cérébral
  • événements cardiaques
  • complications de la grossesse
  • inflammation
  • maladie neurologique
  • défaillance auto-immune
  • paralysie
  • insuffisance hépatique
  • troubles sanguins
  • maladies de la peau
  • problèmes musculo-squelettiques
  • arthrite
  • maladie respiratoire
  • thrombose veineuse profonde
  • caillots sanguins
  • maladie vasculaire
  • hémorragie
  • perte de la vue
  • paralysie de Bell
  • épilepsie

Une confiance aveugle a souvent été faite aux autorités. Sans connaissance des effets à court, moyen et long terme, celles-ci ont en substance martelé que les injections sont « sûres et efficaces ». Des autorités qui choisissent à l’heure qu’il est d’ignorer les témoignages dont débordent désormais les réseaux sociaux.

Cette confiance aveugle a pu être renforcée pour ceux des vaccinés qui n’ont pas subi d’effets secondaires sérieux et ne voient pas (littéralement) où est le problème, poussant à une polarisation des opinions et donc une division de la société.

Sources et infos complémentaires : https://www.lelibrepenseur.org/pfizer-un-document-declassifie-revele-cent-nouveaux-types-deffets-secondaires/

https://www.medicatrix.be/pfizer-un-document-declassifie-revele-cent-nouveaux-types-deffets-secondaires

3 Commentaires

  1. Bonjour. J’ai mon mari, 76 ans, avec les 2 injections et qui a frôlé l’embolie pulmonaire (fin septembre) 1 semaine à l’hôpital avec une forte dose d’antibiotiques et oxygène. Ils ont diagnostiqué, une pneumopathie sur le côté du poumon gauche. Et là c’est saignement de nez. Donc RDV chez le docteur demain. Par ailleurs il a un traitement suite à un infarctus, il y a 4 ans. Me concernant, aucune injection et tout va bien.

  2. Bonsoir
    Nous sommes plusieurs soignants du privé non lucratif à refuser la troisième injection et l’instauration du pass vaccinal. Nous souhaitons rejoindre un collectif de soignants afin de faire entendre notre refus. Pouvez-vous nous dire si un collectif existe à Périgueux. Merci pour votre aide car nous n’avons aucun soutien des syndicats ou délégués au sein de notre établissement.

  3. Bonsoir, C’est en tant que leader des manifestants de Chartres que je demande à ce que des personnes touchées par ces symptômes acceptent de venir témoigner lors des manifestations qui se déroulent tous les samedis 14h30 place Chatelet. Doubles et triples vaccinés, vous êtes les bienvenus parmi nos rangs.
    Véronique & Farid

1 Rétrolien / Ping

  1. 15000 scientifiques alertent sur la vaccination Covid des enfants – NoPass24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*